Pourquoi ?

 

Dans la section maraîchage bio, nous vous montrons le développement de nos cultures la première année, 2016.

Jeter un coup d’œil aux photos suffit pour comprendre que le sol est argileux et rocailleux. Le travail nécessaire pour le rendre cultivable est tout simplement incroyable : nous avons dû nous faire une raison et réduire notre parcelle de culture à un demi-hectare pour cette première année. L’extraction des cailloux continue aujourd’hui.

L’absence d’accès à un canal pour irriguer rend les choses encore plus complexes… Or, la création d’un forage s’avère impossible : notre localisation sur le plateau implique des profondeurs de forage en delà de 180 mètres pour espérer taper sur un canal souterrain. Nous allons mettre en place des systèmes de récupération des eaux de pluie cet hiver pour palier à ce problème.

De nombreuses variétés que nous avions plantées cette année n’ont pas supporté la rigueur des conditions du terrain et la sécheresse du climat, malgré un choix soigneux de semences.

 

Comment résoudre ces problèmes?

Nous avons décidé de nous tourner vers la permaculture sur buttes, malgré le travail important qui sera nécessaire pour les mettre en place, car cette technique présente de nombreux avantages dans notre cas :

  • bonne rétention d’eau : la butte, une fois formée, est abondamment paillée. Nous pourrons installer un goutte à goutte au sommet de la butte et alimenter le circuit à partir d’une citerne de récupération des eaux de pluie.

  • structure aérée du sol : les différents strates de la butte favorisent la formation d’un complexe de microorganismes idéal, gardant la terre aérée et riche, de très loin bien plus favorable à l’enracinement et au développement racinaire que la terre lourde, argileuse et pauvre du terrain au-dessous.  Ceci est parfait pour le type de plante annuelle que nous voulons cultiver (poivrons, tomates, aubergines, etc).

  • terrassements, labours et épierrage ne sont plus nécessaires, puisque la butte est montée manuellement au-dessus du terrain. Cette solution nous permet d’économiser des sommes conséquentes autrement nécessaire à la location d’engins.
  • réchauffement plus rapide au printemps (angle de la surface des versants des buttes par rapport aux rayons du soleil) : les deux buttes que nous voulons installer ont une orientation Nord-Sud, donc leurs versants sont respectivement orientés Est-Ouest, garantissant un maximum d’ensoleillement aux cultures. Au vu de notre location en Provence, nous devrions pouvoir commencer à planter nos semis très tôt, si l’hiver s’avère peu rigoureux.

  • grâce à une association judicieuse de plantes compagnes et à l’utilisation de la pente de la butte, nous pourrons encore améliorer les conditions de vie pour chaque variété (par exemple, planter le basilic sur la rangée au-dessous les tomates permet au basilic de profiter de la fraîcheur de l’ombre de la tomate, alors que la tomate profite des effets aromatiques du basilic qui éloigne les mouches et moucherons).

  • La fraîcheur et la mi-ombre, nécessaires à de nombreuses variétés de légumes, sont précieuses dans notre région à fort ensoleillement avec des périodes d’aridité. La possibilité de planter des plantes plus basses au couvert des plantes plus hautes est une façon simple de fournir plus de fraîcheur aux basses variétés.

  • la rotation des cultures est plus simple à organiser, car les espaces cultivés sur la butte sont nécessairement plus petits que dans un champs. D’une année sur l’autre, il est possible de couper les plans sans les arracher, les racines enterrées constituant autant de compost naturel additionnel.